Vin appellation Sauternes
Vin appellation Sauternes

Appellation Sauternes

De notoriété mondiale, l’appellation s’étend sur la rive gauche de la Garonne. Entre plateaux et vallons, elle couvre une grande variété de terroirs composés de sables, de graviers et d’argiles. C’est sur les croupes graveleuses que sont implantés les châteaux les plus renommés. A Bordeaux, le liquoreux le plus prestigieux du monde est sans aucun doute le Château d’Yquem. Issu de la pourriture noble et de couleur or dans leur jeunesse, les grands sauternes prennent avec le temps des tons ambrés de plus en plus sombres, tandis que leur bouquet gagne en complexité. Les plus grands ont un potentiel de garde exceptionnel pouvant aller jusqu’à un siècle ! La palette aromatique est très vaste avec des senteurs de miel, de noisette, d’orange confite, de coing, de fleurs blanches et des notes grillées. En bouche, le vin est puissant, gras et très élégant. Les Sauternes sont les seuls vins blancs à avoir été classés en 1855. Vingt-sept domaines figurent dans le classement de 1855 des vins blancs.

>> voir notre article ‘Classement officiel de 1855

Superficie : 1700 ha / Sols : graveleux, argilo-calcaires, calcaires / Cépages : sémillon, sauvignon, muscadelle / Potentiel de garde : 20 ans et plus (jusqu’à 100 ans pour les plus grands crus).

Lire plus

Filtrer

Produits (78)

Filtrer
Voir plus

Les meilleurs millésimes de l‘appellation Sauternes

 

Les plus grands millésimes de l’appellation Sauternes sont les suivants : Sauternes 1921, 1929, 1937, 1945, 1947, 1949, 1959, 1990, 2005 et 2009.

 

Les plus grands châteaux de l’appellation Sauternes

 

Parmi les plus grands domaines de Sauternes les incontournables sont Yquem, Climens, Coutet, Lafaurie-Peyraguey, Rieussec, GiletteSuduiraut, La Tour Blanche.

 

Quelles sont les caractéristiques de l‘appellation Sauternes ?

 

Le Sauternes est principalement composé de 80 % de sémillon, 15 % de sauvignon et 5 % de muscadelle. Le sémillon contribue à sa puissance, le sauvignon à sa vivacité et sa fraîcheur, tandis que la muscadelle, bien qu‘en petite quantité, apporte sa richesse aromatique. Le sémillon est le cépage emblématique du Sauternais, il est largement apprécié pour ses nombreuses qualités : une bonne résistance au mildiou et à l‘oïdium, ce qui lui a permis de surpasser le sauvignon lors des épidémies de 1851 à 1885. Sa peau fine favorise le développement parfait du botrytis lors des bonnes années. Cependant, lors des vendanges pluvieuses, la pourriture grise peut rapidement attaquer les raisins, ce qui compromet la récolte. Le sémillon est un cépage délicat avec des rendements incertains. Ses jus dégagent une saveur légèrement musquée et une grande finesse aromatique, laissant entrevoir des notes d‘abricot, d‘orange ou de fumé, annonçant toutes les promesses du vin.

La région du Sauternais repose principalement sur du calcaire à Astéries, qui est largement recouvert par des dépôts d‘alluvions formant des terrasses avec des pentes douces. Près de la Garonne, à Barsac et Preignac, quelques parcelles sont plantées sur des alluvions plus récentes appelées « argiles des palus », mais la majorité du vignoble est située sur la basse-terrasse avec une couche de calcaire à environ douze mètres de profondeur

Au sud de Preignac et au nord de Bommes, Sauternes et Fargues, on trouve la moyenne-terrasse qui remonte au Mindel (Pléistocène inférieur). Cette terrasse est constituée de sables peu argileux et feldspathiques, avec des graviers et des galets recouverts de limons. On y trouve des domaines tels que Suduiraut, la partie basse d‘Yquem, Sigalas-Rabaud.

Enfin, au sud du Sauternais, se trouve la haute-terrasse qui date du Günz. Cette terrasse est composée de sables, de graviers et d‘une matrice argileuse jaunâtre. On y trouve des domaines tels que Rieussec, Guiraud, Filhot et la partie haute d‘Yquem

Il existe un microclimat unique qui favorise les brumes matinales de l‘automne, suivies de journées chaudes et ensoleillées.

Le climat particulier est le résultat de la rencontre des eaux froides de la petite rivière Ciron avec les eaux plus chaudes de la Garonne. À la fin du mois de septembre, on peut observer lentement l‘ascension des brouillards matinaux provenant des deux rivières, qui se dissipent quelques heures plus tard pour laisser place au soleil et à la douceur. En raison de l‘obstacle formé par la forêt des Landes, ces brouillards couvrent le vignoble, ce qui est essentiel pour le développement du botrytis cinerea.

 

Accords mets et vin

  

Le mariage entre foie gras et vins liquoreux de l’appellation Sauternes est reconnu par tous les gastronomes. Du côté des fromages, l’association des deux « pourritures nobles » le penicilium roqueforti du roquefort et le botrytis du Sauternes est également un excellent choix, on citera également les fromages à pâte pressée cuite telles que le comté (24 mois d’affinage). Enfin les desserts à base de fruits accompagneront aussi très bien les vins liquoreux de l’appellation Sauternes.

  

Quelle est l’origine du Sauternes ?

  

Selon la légende, tout aurait commencé en 1836, lorsque le négociant Focke, d‘origine allemande et également propriétaire du Château de la Tour Blanche, décida d‘attendre la fin d‘une pluie automnale pour récolter ses raisins. Par un miracle, le soleil fit son apparition après la pluie, créant des conditions favorables au développement du Botrytis Cinéréa. Les baies se sont alors desséchées, concentrant les sucres et produisant un vin liquoreux exquis. Toutefois, on raconte également qu‘en 1847, le Marquis de Lur-Saluces, ancien propriétaire du célèbre Château d‘Yquem, partit à la chasse en Russie et fut retardé. Il ordonna alors d‘attendre son retour pour vendanger. Pendant son absence, sa récolte eut le temps de mûrir parfaitement, et la pourriture noble s‘installa. Malgré l‘incertitude, il décida de procéder à la vendange. La pourriture noble était exceptionnelle cette année-là, tout comme son vin.

Mais la vraie origine des vins liquoreux de l’appellation Sauternes est beaucoup plus terre à terre. En effet, au 17eme siècle, les Néerlandais étaient fortement implantés à Bordeaux, jouant un rôle essentiel dans le commerce du vin. Fervents amateurs des vins blancs. Ils soutenaient notre production et y apportaient des ajouts tels que du sucre, de l‘alcool, des sirops, afin de satisfaire la demande des clients du nord de l’Europe.

Lire plus