Château De Rayne Vigneau

Le Château Rayne Vigneau est un domaine viticole bordelais qui figure parmi les premiers crus du Sauternais au classement officiel de 1855. En 1867, le grand courtier Daney lui attribue le premier rang immédiatement après Yquem. C'est Albert de Pontac, petit-neveu de Madame de Rayne, qui donne son nom de "Rayne Vigneau" à la propriété. Le vignoble s'étend sur 84 hectares aves des vignes âgées de 30 ans en moyenne. Trois cépages différents, le sémillon (74%), le sauvignon Blanc (24%) et la muscadelle (2%). 

Les très grands milllésimes du Château sont 1929, 1959 et le millésime 1961. Nous vous conseillons aussi, le Château Rayne Vigneau 1947Château Rayne Vigneau 1957 ou encore le Rayne Vigneau 1977.


En savoir plus
Filtrer
1 - 7 sur 7 résultats

Le Château Rayne Vigneau a été créée au début du 17e siècle. Le Vigneau de Bommes en fut la première titulaire. Gabriel de Vigneau apparaît en effet dans les écrits dès 1635. Son fils Étienne épouse Jeanne Sauvage, fille du seigneur d'Yquem, et prend personnellement en main en 1681 la propriété. Madame de Rayne, achètera le domaine du Vigneau en 1834. Les vendanges restent traditionnelles avec des tries successives. Récolté à la main, seulement les raisins parfaitement « rôti » sont cueillis. Les vins sont élevés 18 mois en barriques de chêne, dont 40% à 50% sont neuves chaque année.

Le château incarne une valeur sûre de l'appellation revendiquant, millésime après millésime, un style tout en intensité, en longueur et en fraîcheur. Depuis 2007, le château a adopté l’agriculture raisonnée et respectueuse de l’environnement. C'est en 2014 que Rayne Vigneau obtient la certification HVE niveau 3 en tant que "Producteur de vins végans et de Sauternes sans soufre ajouté".

Entre 2004 et 2015, le Château de Rayne Vigneau a appartenu à CA Grands Crus, filiale du Groupe Crédit Agricole, qui a mis en place un plan d'optimisation de l'ensemble du vignoble. Aujourd'hui, le château de Rayne Vigneau, racheté par le groupe Trésor du Patrimoine, est dirigé par Vincent Labergère, assisté des conseils de l'œnologue Henri Boyer.