1994 est-il un bon millésime?

par Lou Heriche
474 vues

Le millésime 1994 est de qualité moyenne sur l’ensemble du vignoble français même s’il reste supérieur aux trois précédents millésimes. 1994 n’est pas un millésime exceptionnel, mais certaines régions et certains vignerons ont pu produire des vins de bonne qualité.

Bordeaux 1994 : millésime moyen avec de superbes réussites à Pomerol & Saint-Emilion

Tout d’abord, malgré un climat compliqué avec un pic de fraicheur pendant l’hiver ralentissant le débourrement de la vigne et de très fortes pluies de septembre qui ont gorgé les raisins d’eau amoindrissant leur maturité et densité, certains vins de Bordeaux sont d’une belle réussite.

En effet, sur la rive gauche de la gironde, dans le vignoble du Médoc, les sols de graves ont permis un drainage des eaux. Ainsi les vins à dominante de merlot, et donc de fruits, sont plutôt bons.

Les sols de graves à Bordeaux
©️ Bordeaux Magazine

Sur l’autre rive à dominante de cabernet sauvignon les tanins ont été abondants, les producteurs ont dû procéder à une sélection minutieuse des raisins pour éviter les bais trop diluées et conserver du fruit et des arômes dans le vin.

À savoir que les meilleurs vins du millésime sont concentrés en arômes, tanniques, avec un bon potentiel de garde et se trouvent pour la plupart sur les appellations Pomerol et Saint Emilion.

En ce qui concerne les vins blancs, ils sont plus équilibrés grâce aux vendanges avant les pluies. Même si les vins liquoreux de Sauternes et Barsac sont corrects, ils sont de petite garde et pas très réputés cette année-là.

Bourgogne 1994 : des vendanges précoces ont donné de très bons vins en Côte de Beaune et Côte de Nuits

Un hiver glacial suivi d’un été chaud et sec accompagné de violents orages a produit des vins d’une qualité contrastée en rouge comme en blanc.

Ainsi, pourriture et dilution étaient au rendez-vous, ce qui a donné un manque d’acidité, de concentration, de structure et de profondeur à de nombreux vins. Il a fallu une sélection rigoureuse des raisins pour arriver à produire des vins de qualité.

Vignobles Nuits-Saint Georges

Même si les vins rouges n’ont pas un grand potentiel de garde, les meilleures ont été produit en Côte de Beaune et Côte de Nuits, en appellation Vosne-Romanée et Nuits-Saint-Georges par exemple, grâce notamment à des vendanges précoces ou bien après la pluie.

Enfin, on trouve chez certains vins blancs du raffinement, comme en Chablis où la récolte a dû être réduite pour produire de la qualité, et d’agréable surprise dans les Grands Crus blancs.

Millésime 1994 : le Nord de Vallée du Rhône a été avantagé par rapport au Sud

L’espoir d’un millésime exceptionnel a été anéantis par les fortes pluies de mi-septembre après un été très chaud.

En outre, les vignobles du Nord de la Vallée du Rhône s’en sortent mieux que ceux du Rhône Sud. Même si les vins ne sont pas toujours d’une grande qualité, les rouges sont aromatiques et concentrés. Les meilleurs vins, rouges et blancs, sont ceux des appellations Condrieu, Côte-Rôtie, Hermitage, ils sont riches, fruités avec un bon potentiel de garde.

Les Côtes du Rhône septentrionales

Quant au sud, certains vignobles étaient gorgés d’eau et les raisins n’étaient pas assez mûrs, l’acidité manquait. Malgré tout, les producteurs qui ont pu vendanger tôt ont réussi à produire des vins très bons, voire excellents, comme par exemple en Châteauneuf-du-Pape.

Champagne 1994 : les précipitations ont noyées la qualité des raisins

Couché de soleil sur les vignobles de Champagne (montagne de Reims)

Comme dans le reste de la France, la Champagne a connu de forts épisodes pluvieux en septembre et a anéanti tous les espoirs d’un grand millésime. Les vendanges peu abondantes ont donné des vins de qualité moyenne.

De même pour les pinots noirs, qui ont eu des difficultés de mûrissement. Les vignobles ont connu un important développement de pourriture. Si bien que les propriétaires ont été obligé de faire un tri sévère des raisins pour assurer un vin de qualité.

Nos Coups de Cœur du Millésime 1990

CHÂTEAU CLOS FOURTET 1994

CHÂTEAU CLOS FOURTET 1994

Noté 90/100 par Jean-Marc Quarin

« Beau rouge sombre. Intensité moyenne à bonne. Evoluée sur le bord. Au premier nez, il sent des notes de réduction très agréables le rapprochant du café et des fruits secs grillés. Il devient finement épicé à l’agitation et fin. L’entrée en bouche surprend par sa note pleine. Le vin se développe sphérique et même puissant en milieu de bouche, sur des tanins assez mûrs, même s’ils affichent en finale une légère austérité quasi minérale évoquant le calcaire. Longueur normale. »

Dégusté en novembre 2005

PETRUS 1994

PETRUS 1994

Noté 95/100 par Jean-Marc Quarin

« Couleur rouge sombre. Intense. Noire. A peine évoluée. Nez intense, fin, fruité, frais. Bois neuf ! Quelle suavité à l’attaque, quel plaisir au milieu ! Le vin glisse avec bonheur et propose du fruit et de la chair. Il s’achève juteux sur un goût de réglisse, complexe, fondant et presque aérien. Grande finesse. Belle longueur puissante. »

Dégusté en juin 2004

CHATEAU RAYAS Rouge 1994

CHATEAU RAYAS Rouge 1994

Noté 93/100 par Jeff Leve – The Wine Cellar Insider

 « À son apogée, cette beauté a déployé ses notes de kirsch sexy et ininterrompues au nez et en bouche, accompagnées d’une corne d’abondance d’herbes fraîches et d’épices. Élégant, raffiné, moyennement corsé et frais, si vous avez une bouteille, faites-la sauter car elle ne va pas s’améliorer. Bien que le vin n’ait pas la profondeur et la puissance des meilleurs millésimes, le style Rayas est ici sans équivoque. Pour un Rayas qui a de l’âge, c’est probablement la meilleure affaire qui soit. »

Dégusté en juillet 2019

TRAPET PERE ET FILS 1994

TRAPET PERE ET FILS 1994

Noté 15/20 par La Revue du Vin de France

Vous aimerez aussi...